in

Ultra-Trail, quel sac de trail running ?

©Instagram @trail_2running.fr

Les sacs de trails font partie des équipements indispensables pour courir un Ultra. Même si les ultra-trailers de haut niveau optent généralement pour un sac très léger voire n’en n’utilisent pas, n’essayez pas de les imiter. En effet, ces coureurs disposent d’une assistance, courent plus vite et bouclent donc les courses plus rapidement. Leurs besoins ne sont pas les mêmes que la majorité des coureurs et s’ils peuvent se passer d’un « sac de trail running », vous non. Négliger l’équipement peut être extrêmement dangereux pour vous.

Enfin, la liste des matériels obligatoires qui vous est imposée par l’organisation vous obligera à avoir un sac à dos. Ce matériel n’est pas qu’un simple « sac à porter les équipements obligatoires ». Pensez que vous allez avoir ce sac sur votre dos entre 24 à 66 heures suivant votre niveau et la nature de la course. Autre point important, si vous comptez faire un temps (une perf) ou réaliser un trail dans de bonnes conditions de confort, l’ergonomie de votre sac et la rapidité avec laquelle vous pourrez vous en servir efficacement formeront des atouts essentiels.

Alors comment sélectionner un « sac de trail-running » ?

Taille et ergonomie

Vous allez courir, il faut donc que votre sac bouge le moins possible. Chaque occasion que votre sac aura de bouger constituera une occasion supplémentaire de vous blesser. Si votre sac est mal ajusté il aura tendance à oscillé (gauche à droite) ou à sauter sur vos épaules (bas en haut). Dans tous ces cas, vous risquez des irritations cutanées qui vireront vite au cauchemar.

Pire, si votre sac est vraiment mal ajusté votre posture en course aura tendance à changer avec toutes les conséquences que cela pourra avoir sur les plans musculaires et articulaires. Enfin, dans ces circonstances extrêmes d’impréparations vous risquez à terme la chute. Une chute due aux poids d’un sac qui ajouté à la sur-fatigue (qu’il aura provoquée) pourra vous déséquilibrer sur certains terrains.

Pour que votre « sac de trail running » reste positionné sur votre corps, il doit faire la même taille que votre dos et doit toujours être en contact avec celui-ci. La taille des sacs se base sur le même système que les t-shirts (S, M/L, XL) mais il est également recommandé de connaitre son tour de poitrine pour l’ajustement du sac.

Bien évidemment, les références « taille » ne constituent qu’un point de repère qui de surcroit elles varient suivant les marques. Les systèmes d’ajustement que possède presque tous ces articles ne sont pas toujours suffisant pour rattraper les écarts. Vous n’aurez donc pas d’autre choix que d’essayer un sac avant de l’acheter.

En termes d’ergonomie, certains coureurs préfèrent un sac qui ne soit pas trop justaucorps considérant qu’il les gêne dans leur course alors que d’autres souhaitent disposer d’un sac qui s’ajuste au plus près du corps, comme une seconde peau (« sac-gilet »). Ce paramètre dépend de votre appréciation. Comme pour la problématique de taille nous vous recommandons de tester ces deux types de sac lors de vos courses de préparations pour déterminer lequel vous convient le mieux. Voyez si un de vos amis trailer ne peut vous en prêter pour faire un essaye ?

Contenance

La contenance des « sacs de trail running » varie de 5 à 20 L. Bien évidemment, il vous faudra adapter ce volume à la nature du trail que vous aurez à courir. Les paramètres qui rentreront en ligne de compte sont : listes des équipements obligatoires, niveau d’autonomie en nourriture nécessaire et quantité d’eau (suivant la saison, le terrain et le nombre de ravitaillements) à embarquer.

Nous vous recommandons de posséder au minimum deux sacs avec une capacité différente, le premier (de 5 kg) pour l’entraînement et le second (entre 12 et 15 kg) pour les courses. Ce sac d’entraînement vous permettra de vous mettre en condition, autrement dit, de vous habituez au poids du sac, mais aussi de vous trouver une routine de rangement qui vous permettra de savoir exactement où se trouvent vos équipements lors de la course.

Emplacement des contenants (eau, alimentation, équipements)

Concernant l’organisation de l’équipement, l’alimentation en eau est ce qui vous occupera en premier. Dans un premier temps les équipementiers du trail plaçaient les ou la réserve d’eau à l’arrière du sac. Aujourd’hui, presque tous proposent des sacs conçus pour accueillir des réserves à l’arrière et à l’avant du sac. Les « gourdes » d’eau positionnées à l’avant peuvent-être rigides ou souples ; lorsqu’elles sont souples, l’eau a tendance à moins bouger et donc à moins gêner la dynamique du coureur. Cependant, elles ont généralement moins de capacité (500 Ml pour les gourdes souples contre 750 ml pour les gourdes rigides au maximum).

Pour nous, disposer d’un sac possédant des gourdes avant et une réserve arrière d’eau est la bonne solution. Un sac de ce type permet d’emporter une grande quantité d’eau sans risquer d’être déséquilibré. De plus, posséder plusieurs contenants d’eau permet de diversifier les additifs. Enfin, avoir des gourdes d’eau à l’avant vous permettra de toujours savoir quelle quantité d’eau il vous reste mais également de vous ravitailler plus rapidement et plus facilement.

Disposition des contenants et volume réellement fonctionnel.

Attention, certains sacs affichent un volume qui ne correspond pas forcément à leur réalité « fonctionnelle ». En d’autres termes, un 12 L n’est pas forcément égal à un autre 12 L.
Dans votre jugement ou votre appréciation, doit entrer en ligne de compte le nombre de poches, leurs emplacements sur le sac (avant, cotés, et arrière), leur facilité d’accès et leurs tailles respectives.

Sur ce type de sac on ne recherche pas une contenance à « l’état brute ». Avoir 12 L dans le dos avec une seule poche ne sert pas à grand-chose en course. Pouvoir dissocier l’emplacement de vos équipements constitue un facteur important de sérénité en course voire de sécurité. Pour être plus précis, il nous semble essentiel d’avoir à disposition immédiate : de l’alimentation solide, de l’eau, vos bâtons et votre téléphone. Ces éléments doivent pouvoir être atteignables sans contorsion. Il faut donc qu’ils soient placés à l’avant de votre sac ou sur le coté mais dans ce cas dans une poche dont la position soit très accessible. L’accès a ces contenants doit être quasi « instinctif ».

Attention, un nombre trop important de poches peut poser soucis. En effet, si vous avez beaucoup de poches vous devrez vous rappeler de l’emplacement de chacun de vos matériels dans le détail et ceci peut parfois s’avérer compliqué en course.

Concernant les poches arrière, deux types de poches nous semblent obligatoires. La première, abritera vos textiles de rechange et votre pharmacie. Celle-ci doit pouvoir être fermée et la plus étanche possible. La seconde, doit permettre une accessibilité maximum pour y abriter par exemple votre gobelet et une veste étanche à enfiler rapidement…

En règle générale, prenez un sac qui correspond à votre pratique. Certains trailers veulent une accessibilité maximum en course, d’autre, préfère poser leur sac et prendre leur temp, à vous de voir.

Portes bâtons

Aujourd’hui, pratiquement tous les sacs proposent des portes-bâtons. La grande question sera pour vous de savoir à quel endroit vous souhaitez voir positionné ces bâtons (Frontal ou arrière). Ceci sera souvent guidé par votre morphologie. Il est impératif que vos bâtons soient placés à un endroit facile d’accès et qu’ils ne puissent jamais vous gêner en course. Enfin, veillez à ce que vos bâtons, une fois fixés au sac, restent stables (ne se balancent pas en courant).

Poids

La chasse au poids est un point essentiel en course. Le « sac de trail running » n’échappe pas à cette problématique. Le poids d’un bon « sac de trail running » de 12 L varie entre 350 et 500 G.

Etanchéité

Cette question n’est pas anodine. Certains sacs possèdent une couche déperlante plus ou moins efficace et d’autres n’en ont carrément pas.

Aucun de ces « sacs de Trail running » n’est véritablement étanche. Si vous devez réaliser un Ultra durant lequel vous aurez à subir des intempéries le caractère déperlant de votre « sac de Trail running » ne vous épargnera pas de compartimenter vos vêtements dans des sacs étanches. L’intérêt du sac déperlant est qu’en cas d’averse ou de pluie plus soutenues il offrira certes une première protection bien utile aux moins précautionneux mais surtout il ne se gorgera pas d’eau.

 

Comme vous le voyez, choisir un bon le sac est indispensable pour boucler un Ultra-Trail dans les meilleures conditions possibles. Plusieurs paramètres sont à prendre en compte donc prenez votre temps pour choisir le sac le plus adapté à vos attentes.

Enfin, n’oubliez pas que votre sac vit et subit, il bouge avec vous, ses coutures, son étanchéité et ses fermetures sont mises à rude épreuve en ultra-trail ! De la même façon, sans forcément penser systématiquement à le remplacer certains éléments devront être vérifiés chaque année et s’il le faut remplacés (gourdes et poche à eau) Il vous appartiendra donc de vérifier votre sac durant la phase de préparation de votre Ultra afin de vérifier s’il est arrivé en fin de vie ou non. Ne le découvrez pas le jour ou la veille du trail.

Et maintenant à vous de faire votre choix.

UTMB - Ultra-Trail du Mont-Blanc

Mont-blanc – UTMB

S'alimenter sur un Ultra-Trail

S’alimenter sur un Ultra-Trail