in

Trouver chaussure à son pied

Comment analyser et choisir une chaussure de Trail

©Instagram @poddesignshop

Tout comme en running, la chaussure de Trail est un objet très spécifique. Bien choisir une paire de chaussures de Trail peut-être pour certains synonyme de performances ou, pour d’autres, de confort. Mais ne perdez pas de vue que pour tout coureur d’Ultra la chaussure est aussi et surtout un équipement qui doit apporter de la sérénité et de la sécurité.

Certaines chaussures peuvent générer pour tel ou tel Ultra-Trailer des sur-fatigues, d’autres vont manquer d’accroche sur des rochers, d’autres encore manqueront de stabilité, d’autres enfin, provoqueront des ampoules ou des irritations… Comme les pneus d’une voiture vos chaussures sont le seul contact que vous aurez avec le sol. Au-delà des notions de confort, avoir une totale confiance en ses chaussures c’est avoir une totale confiance en son pied et en sa capacité à toujours bien le placer instinctivement au sol pour enchaîner chaque foulée.

Mais trouver la bonne paire de chaussures de Trail n’est pas simple. Cela vous demandera du temps et pas mal d’essais. Ce travail commence par la compréhension de ce qu’est une chaussures, votre capacité à lire ses spécificités et leurs utilités.

Composantes d’une chaussure de Trail

Examinons tout d’abord les éléments qui composent la chaussure de Trail

Le contrefort : partie rigide qui entoure le talon pour le protéger. Suivant les chaussures cette partie remontera plus ou moins haut sur le talon, ou bien, sera plus ou moins rigide. Un mauvais choix sur cette zone et le risque d’ampoules voire de soucis au niveau du tendon d’Achille peut survenir rapidement.

La tige : partie qui entoure et recouvre le pied. La tige est composée du Mesh, un tissu plus ou moins serré. Généralement, le Mesh est plus serré sur des chaussures de Trail, il permet d’améliorer l’imperméabilité de la chaussure et le maintien du pied.

Certain Mesh bénéficie de renfort pour mieux verrouiller l’avant du pied (il s’agit d’une couche plastique ou de bandes textiles plus rigides…). Ces systèmes peuvent se relever très intéressants, mais il peuvent aussi être à l’origine de gros soucis suivant la morphologie de votre pied. En effet, certaines Tiges font apparaître sur certains pieds des points de contacts qui généreront immanquablement des ampoules ou même parfois des douleurs au niveau externe du pied.

 

Les renforts : éléments au-dessus de la tige, ils permettent le maintien du pied sur les côtés (partie sur laquelle se situe le logo du fabricant).

La Toebox : partie dans laquelle, comme son nom l’indique, se trouvent les orteils.

Le pare-pierre : partie à l’avant de la chaussure qui sert à protéger les orteils des choque contre les pierres. Cette partie est très différente suivant les chaussures. Certains terrains ou styles de foulées (aussi) nécessiteront des renforts plus ou moins prononcés. La aussi, le positionnement du Pare-pierre peut occasionner des points de contacts sur lesquels vous devrez être très vigilent.

La languette (ou coup de pied) : partie en tissu qui sert à protéger le pied de l’empreinte du lacet. Pour beaucoup cette partie de la chaussure n’est pas très importante. Et pourtant, le coup de pied de toutes les chaussures ne convient pas à tous les Trailers. Pour des coureurs dont le coup de pied est très prononcé certains chaussures se révèlent tout simplement importable. De même, une languette trop courte peut se révéler un problème pour certains types de laçage. Ainsi, si vous aimez verrouiller votre pied assez haut avec un double laçage, une languette trop courte aura du mal à prendre le lacet et occasionnera une douleur.

Le laçage : le laçage aide à bien positionné le pied et à le maintenir dans la chaussure. Il existe trois types de laçage : le laçage rond, le laçage plat et la « quick lace » (laçage rapide). Le type de matériau est essentiel car il réduira le nombre de fois que vous avez à relacer vos chaussures. La longueur du lacet est également à prendre en compte pour bien répartir la tension exercée sur le coup de pied.

La semelle : la semelle se décompose en trois parties :

  • la semelle d’usure, directement en contact avec le sol, permet l’adhérence (ou le grip) de la chaussure au sol ;
  • La semelle intermédiaire qui assure l’amorti (absorption du choc produit par l’attaque au sol) et le dynamisme (influencé par la flexibilité de la chaussure et la légèreté des matériaux) ; La semelle intermédiaire est souvent faite en « mousse EVA », une résine constituée d’un agent flottant qui permet d’isoler le pied du coureur. En complément de cette semelle, on trouve généralement une plaque (souvent en carbone), le « Carbon Shield », qui agit comme un véritable bouclier de protection contre le relief accidenté (les cailloux) pour le pied du coureur.
  • La semelle de propreté, partie entre la semelle d’usure et la semelle intermédiaire qui assure le confort du coureur (glissement du pied, limitation des frottements, absorption de la transpiration et la dispersion de la chaleur) et favorise l’amorti.

Le grip : Il s’agit de la surface qui sur la semelle d’usure assure l’adhérence de la chaussure au sol. Le grip, tout comme un pneu, peut être tendre ou dure. La densité de la gomme varie en fonction de la chaussure pour optimiser son adhérence sur les différentes surfaces (certaines gommes seront plus durables que d’autres et étudiées pour correspondre à la typologie du terrain). Différentes géométries sont proposées, densités et hauteurs de gomme accentuent la traction de la chaussure au sol.

Les semelles extérieures les plus connues

Trouver chaussure à son pied
©Instagram @poddesingshop

Parmi les semelles extérieures des chaussures de Trails, les plus connues sont :

La semelle Vibram® : une semelle Vibram® est reconnaissable entre toute grâce à son logo jaune. Réalisée à partir d’un mélange de caoutchouc qui garantit au coureur une excellente adhérence, même si le sol est gelé ou glissant. Elles sont également réputées pour leur résistance dans le temps.

La Semelle Contagrip® : cette semelle, plus ou moins tendre, assure au sportif une adhérence imbattable sur sol sec. En revanche, si le sol est mouillé et glissant, cette semelle doit être sélectionnée avec des crampons plus importants pour une efficacité optimale peut être un peu moins adhérente.

La semelle Michelin® : inspirée directement des pneus Michelin®, cette semelle fournit une très bonne adhérence et possède un pouvoir de traction puissant. »

Trois types de chaussures de Trail

On distingue trois types de chaussures de Trail, la chaussure « confort » (ou classique), la chaussure « minimaliste » et la chaussure « maximaliste ».

Une chaussure dite « minimaliste » est conçue pour respecter la biomécanique naturelle du pied. Elle est caractérisée par un faible poids, peu de maintien, une grande flexibilité, une empeigne légère, une absence de renforts, un drop presque inexistant et une absence d’amorti, le but étant d’être en contact avec le terrain.

A l’inverse, une chaussure dite « maximaliste » est conçue pour ralentir l’apparition de la fatigue musculaire par l’apport d’un amorti important. Une chaussure maximaliste est donc caractérisée par un contrefort épais, un châssis rigide, un amorti optimal, une empeigne renforcée et un poids élevé. Elles sont préférées par les coureurs à la recherche de confort et de protection.

Une chaussure dite « confort », à mi-chemin entre la chaussure minimaliste et la chaussure maximaliste, est axée sur l’amorti. C’est le compromis idéal entre stabilité, maintien et confort, son drop varie entre 4 et 8 mm.

Vos caractéristiques en course

Maintenant que vous connaissez les composantes d’une chaussure de Trail, vous devez déterminer votre type de course.

D’abord, il faut analyser quel est votre type de foulée. La foulée va directement influer sur l’usure de la chaussure. Elle nécessitera peut-être aussi d’être corriger et donc vous obligera à opter pour un type de chaussure voire par des semelles bien spécifiques (ceci fera l’objet d’un autre article). On distingue trois types de foulée :

  • la foulée pronatrice,
  • la foulée supinatrice
  • la foulée universelle (ou neutre).

Les coureurs pronateurs ont leurs appuis orientés vers l’intérieur, l’usure est plus prononcée au niveau de l’hallux (concerne 45% des coureurs). Les chaussures conçues pour les coureurs pronateurs comportent généralement des technologies pour stabiliser le pied, corriger l’axe et contrôler le mouvement.

Les coureurs supinateurs ont leurs appuis orientés vers l’extérieur, l’usure est plus prononcée au niveau du quintus (concerne seulement 5% des coureurs).

Les coureurs neutres ont leurs appuis dans l’axe et présente une usure régulière des chaussures (concerne 50% des coureurs).

Une fois votre type de foulée déterminé, il vous faut observer votre course pour connaître l’attaque de votre pied, autrement dit, la partie du pied qui touche le sol en premier.

Votre attaque peut être de type talon (avec l’arrière du pied) ou de type médio-pied (avec l’avant du pied). Déterminer l’attaque de votre pied vous permettra de choisir le stack de la chaussure (l’épaisseur de la semelle) et le drop (différence de hauteur entre l’arrière et l’avant du pied) le plus adapté à votre foulée.

On distingue trois types de drop :

  • un drop faible (compris entre 0 et 6 mm),
  • un drop universel (compris entre 6 et 8 mm)
  • un drop élevé (compris entre 8 et 12 mm).

Le drop permet de reposer les muscles du mollet ainsi que les tendons. Un drop élevé favorise l’attaque au sol par le talon alors qu’un drop faible favorise l’attaque au sol par le médio-pied.

Ultimes conseils ou réflexions

Trouver chaussure à son pied

Bien vous voilà maintenant armé pour comprendre le vocabulaire des vendeurs et « comprendre » une chaussure de Trail pour tenter de trouver celle qui vous sera la plus adaptée.

Au fait, vous l’aurez compris si vous pratiquez notre beau sport, vous n’aurez pas une paire de chaussures dans vos placards, mais plusieurs paires de chaussures. Celles pour l’entrainement, celles pour tel type de terrains ou profils de courses, mais aussi, le plus souvent plusieurs paires pour courir un même Ultra.

Au fil des entraînements et pour certain de votre avancement en age (et oui) votre foulée pourra évoluer. De la même façon, votre paire de chaussures fétiche risque fort après deux ou trois ans de ne plus être fabriquée. La recherche de la bonne paire de chaussures ne s’arrêtera donc jamais !

Coté pointure, selon les marques sur lequel votre choix va s’orienter, l’appréciation de la pointure peut varier. En fonction de la chaussure, il faudra peut-être prendre une pointure au-dessus ou en-dessous. Nous vous recommandons de connaître votre longueur de pied (en centimètre) pour déterminer la pointure exacte selon la marque et le modèle de chaussures sélectionnés.

Enfin, sachez user de bon sens dans vos choix. Une super chaussure pour vos potes n’est peut-être pas la meilleurs pour vous. Notamment par exemple si vous êtes bien dedans mais que par exemple votre pied (un peu large) ne vous permet pas en position statique de voir votre semelle externe…

Une paire de chaussure de Trail reste un savant mélange entre technicité, protection du pied, maintien et stabilité du pied, accroche, aide à la performance… Mais surtout, la meilleur des paires est celle dans laquelle vous aurez une absolu confiance pour vous amener au bout sans gêne ou blessure.

Comment se protéger des intempéries en course ?

Comment se protéger des intempéries en course ?

Le syndrome de l’essuie-glace

Le syndrome de l’essuie-glace