in

Surcompensation en Trail : Savoir faire du jus

©Instagram@@maxleberretrail

En Trail, l’entraînement doit passer par plusieurs étapes pour être efficace. Parmi ces dernières figure la surcompensation pendant laquelle la résistance du corps s’améliore.

Les trois phases de l’entraînement

Le Trail est une discipline qui, en plus de mettre à l’épreuve vos capacités à courir sur de longues distances requiert également une musculature consistante. Voilà pourquoi l’entraînement est une phase par laquelle un Trailer doit passer impérativement et dont il doit maîtriser les bases. Cela, afin de tirer le meilleur avantage de chaque effort qu’il fournit pour se perfectionner.

L’entraînement se divise généralement en trois phases bien distinctes. Celle pendant laquelle le sportif dépense de l’énergie et qui verra ses performances diminuer progressivement commence ce processus. Elle sera ensuite suivie d’une période de repos qui doit durer jusqu’à ce qu’il retrouve la forme qu’il avait avant de s’entraîner. La surcompensation termine ce processus et c’est là le signe qu’il doit reprendre à la première étape afin de rehausser davantage son niveau.

Surcompensation en Trail : Savoir faire du jus
©Instagram@@maxleberretrail

S’entraîner pour accroître ses performances

L’objectif principal d’un sportif lorsqu’il s’entraîne reste le fait de progresser à chaque séance. C’est là que la surcompensation joue un rôle clé car le travail physique doit augmenter à chaque entraînement et le niveau de fatigue significatif. Il faut en ce sens se surpasser à chaque séance pour en tirer le meilleur avantage.

Veillez également à garder une certaine constance dans la fréquence du travail physique que vous fournissez. Plus vous êtes fatigués, plus vous aurez récupéré, plus vous pourrez profiter de la surcompensation pour élever progressivement votre niveau. Sachez que chaque fois que vous aurez terminé une phase de récupération, vous verrez vos performances augmenter pour une séance d’entraînement encore plus intense.

La récupération est primordiale

Prendre le temps de récupérer après l’effort est par conséquent crucial car si vous restez fatigués, votre niveau baissera du coup et ne remontera pas. Commencez par effectuer une séance d’étirements dans les deux premières heures qui suivent l’entraînement. Contrairement à une idée pré reçue comme quoi ces derniers se font à chaud, ce sont à froid que les muscles bénéficient le mieux des étirements.

Rajoutez à cela une alimentation bien équilibrée et vous aurez le cocktail parfait pour une récupération optimale. Il est également recommandé de bien dormir pendant la récupération car un sommeil de qualité reste le meilleur allié du sportif qui souhaite progresser dans sa discipline. En résumé, si vous souhaitez tirer le meilleur profit de la récupération, reposez-vous correctement.

Les ennemis de la surcompensation

Le surentraînement reste le pire ennemi de la surcompensation. Il résulte en général d’un programme d’entraînement dans lequel la récupération n’a pas vraiment de place. Le travail physique s’enchaîne alors de manière régulière sans que le sportif puisse laisser à ses muscles le temps de se reposer. Le schéma qui conduit à la surcompensation se retrouve du coup brisé et les efforts fournis vains.

Il appartient à chacun de définir à quel moment son corps aura récupéré de l’effort intense qu’il a fourni pendant l’entraînement. La surcompensation survient normalement dans la semaine ou le mois qui suit l’effort physique en fonction du programme établi. Elle ne peut en ce sens, en aucun cas être considérée de manière journalière. Le temps de sommeil, la plupart du temps se situant pendant la nuit.

Comment optimiser la surcompensation ?

Afin de bénéficier de tous les bienfaits de la surcompensation, vous devez en ce sens évaluer correctement votre niveau. Adaptez en conséquence la récupération et vous ressentirez rapidement l’évolution de vos performances. Cette phase de l’entraînement prend également en considération votre hygiène de vie. Privilégiez pour cela les aliments riches en glucides comme les fruits et légumes. Prenez aussi soin de vos réserves en protéines en consommant de la viande blanche. Les viandes rouges n’étant pas vraiment adaptées à la récupération.

Le fait d’alterner les séances d’entraînement intensives avec  d’autres, nettement plus calmes vous aidera à optimiser la surcompensation. Respectez le temps de repos entre chaque séance et le tour sera joué.

Surcompensation en Trail : Savoir faire du jus
©Instagram@@maxleberretrail

Retour sur l’histoire de la surcompensation

Toutes ces théories ont été prouvées scientifiquement dans les débuts du XXe siècle. Si en effet depuis les temps anciens l’entraînement sportif a existé, il se basait surtout sur la simple intuition des pratiquants comme quoi cela devrait accroître leurs performances. Les médecins modernes ont pour cela étudié la physiologie et la biochimie appliquées au sport.

Les recherches scientifiques réalisées dans cette optique ont conduit à la seule et unique conclusion que la charge de travail résultant d’une séance d’entraînement génère un stress physiologique qui déstabilise les cellules musculaires. Le corps effectue alors automatiquement des ajustements afin de remédier à ce déséquilibre en augmentant par exemple la fréquence cardiaque, la température ou encore le rythme de l’oxygénation.

Conclusion

Un Trailer qui souhaite voir ses performances évoluer se doit de suivre un programme d’entraînement adapté qui n’est ni trop surchargé, ni trop espacé. Cela afin de bénéficier au maximum de la surcompensation.

Teamer at home, comment vivre le confinement ?

Teamer at home, comment vivre le confinement ?

Dents et tendinites, quelles relations ?

Dents et tendinites, quelles relations ?