in

Courir aux sensations : Une forme d’entraînement

©FollowOurTrack@NicolasCarnoy

Les contraintes des performances altèrent souvent le plaisir de la course chez les coureurs professionnels. Courir aux sensations devrait pourtant être naturel, ce qui devrait vous permettre de retrouver le plaisir de vous lancer sur les sentiers de course.

Laissez les contraintes de côté

Chaque coureur a ses propres objectifs en participant à un Ultra ou en s’adonnant à une séance d’entraînement. Pourtant, peu importe le but que vous recherchez, la motivation reste le carburant essentiel qui doit vous faire fonctionner. Il s’agit là de rechercher les facteurs déterminants qui vous octroieront l’énergie nécessaire dans votre quête de la forme physique. La plupart du temps, le simple fait de pratiquer la course en pleine nature peut suffire pour les débutants. Les professionnels quant à eux sont davantage en proie aux différentes contraintes. Ce qui fait que leur motivation réside plutôt dans le fait de se surpasser pour être toujours meilleur.

Courir aux sensations : Une forme d’entraînement
©FollowOurTrack@CyrilDemoulin

Courir est particulièrement recommandé, surtout si vous voulez rester dans de bonnes conditions physiques. Vous devez pourtant vous conformer à un plan d’entraînement qui tient en compte chaque paramètre des objectifs que vous souhaitez atteindre. Cette forme de préparation présente de nombreux avantages comme par exemple l’équilibre en termes d’allures et de filières énergétiques. Il en est de même pour la programmation de la récupération et du repos.

Courir aux sensations : A l’opposé de l’entraînement programmé

Il vous est possible de mesurer l’efficacité de cet entraînement programmé que vous aurez établi au préalable en fonction de vos capacités physiques à la fin de chaque saison. Ce, malgré le risque omniprésent que vous couriez plus par obligation que par plaisir. Voilà pourquoi certains coureurs préfèrent courir sans programme établi. Si en effet cette méthode est nettement moins contraignante, elle est également avantageuse sur d’autres points comme par exemple la suppression des risques de blessures.

Dans cette optique, l’entraînement peut se présenter sous forme de footing destiné à accroître les capacités d’endurance du coureur. Il ne faut toutefois pas se mentir car si ce type de course pour le plaisir est efficace pour les débutants, il n’a aucun effet sur les performances des pratiquants aguerris. La raison étant que les charges d’entraînement doivent augmenter avec une réelle sensation de fatigue pour que la surcompensation fasse effet. Chose qu’une personne normalement constituée ne fera jamais par pur plaisir.

Un effort accru pour une surcompensation optimale

Une étude menée auprès des Trailers débutants a montré que la plupart d’entre eux courent pour s’entraîner uniquement lorsqu’ils en ont envie. C’est pourtant un luxe que les compétiteurs peuvent rarement se permettre dans la mesure où ils ont des objectifs à atteindre pour rester au top de leurs formes. Ils n’ont pour ainsi dire pas vraiment droit aux écarts de conduite car leurs moindres faits et gestes sont dictés dans leur plan de carrière.

Il faut dire que dans ce cas de figure, même le tracé établi dans certaines courses peut servir de préparation pour des parcours beaucoup plus difficiles. Le repos se trouve dans un même temps programmé en vue d’optimiser la surcompensation. Cette étape de l’entraînement qui ne doit pas être négligée pour les coureurs désireux de voir leurs performances s’accroître de manière significative. On vous en a d’ailleurs parlé dans l’un de nos précédents articles.

Courir aux sensations : Une forme d’entraînement
©FollowOurTrack@MaximeLeBerre

La course aux sensations est quantifiable

Le Trail est une discipline exigeante autant au niveau physique que moral. Voilà pourquoi suivre un entraînement adapté est nécessaire avant de se lancer dans une course. C’est aussi la raison pour laquelle le règlement de certains Ultras impose que seuls les Trailers expérimentés peuvent y participer. Les débutants ont toutefois la possibilité de se préparer à affronter les difficultés de ce sport en commençant par se rassurer. Il leur est en ce sens possible de programmer les 10 premiers kilomètres pour une fréquence d’une fois par semaine. Cette astuce augmentera leur confiance en soi. Pas besoin de montre ou de chronomètre pour se situer car les bornes kilométriques ou les 400 mètres d’une piste de course réglementaire suffisent dans ce cas.

Les contraintes de temps sont les principales causes de surfatigue. Voilà pourquoi laisser sa montre chez soi pendant une séance d’entraînement vous aidera davantage à courir aux sensations. Vous ressentirez alors automatiquement les besoins de votre corps en matière de récupération. En d’autres mots, votre horloge biologique vous indiquera le moment où vous êtes en mesure de vous remettre à l’effort.

Ne pas oublier les principes de base de l’entraînement

Le fait de courir aux sensations ne signifie également pas faire n’importe quoi et négliger toutes les techniques de base d’un entraînement. Vous devez en effet vous échauffer correctement avant de vous lancer. Privilégiez pour cela les assouplissements articulaires et étirements musculaires. Prenez ensuite soin de varier progressivement votre allure sans trop forcer.

Le libre arbitre est important pour les runners. C’est la raison pour laquelle s’affranchir des divers instruments de mesure des performances comme le chronomètre ou le GPS est parfois nécessaire. Cela offre une sensation de liberté qui vous aidera à vous remémorer tout ce qui peut vous motiver dans la course. Cette méthode vous permettra dans un même temps de savoir mieux écouter votre corps.

Le Maté, boisson miracle ou produit à la mode ?

Le Maté, boisson miracle ou produit à la mode ?

Christophe Demoustier, portrait d’un Trailer

Christophe Demoustier, portrait d’un Trailer