in

Ultra-Trail, be a finisher !

Préparation physique, seule qualité pour finir un Ultra ?

©Instagram@andorraultra

L’Ultra-Trail n’est pas un sport comme les autres. On ne décide de courir un Ultra, au même titre qu’on joue un match de foot entre copain. L’Ultra-Trail est une discipline très exigeante qui ne devient accessible qu’aux termes d’un processus d’apprentissage spécifique. C’est ce parcours qui vous permettra d’anticiper au maximum les imprévus et les obstacles qui se dresseront sur votre route comme de gérer au mieux votre épreuve.

Dans ce type de compétition, le moindre soucis ou paramètre oublié peut très vite devenir source de complications. Comme dans d’autre sport, le danger est présent et la défaillance peut malheureusement être fatale. On ne peut donc pas se permettre de courir plus de 100 km sans se préparer et, en fait, sans avoir acquis une réelle expérience de la course, des Trails et de l’endurance.

Ici la recherche de la performance consiste d’abord à apprendre à bien finir une course avant que de penser à faire un classement.

Préparation oui, accumulation d’expérience surtout

La préparation physique est donc indispensable au bon déroulement de votre Ultra. Elle dépend de vos objectifs, de votre démarche et doit être évidemment adaptée à l’Ultra que vous visez. Chacun peut facilement comprendre que cette préparation nécessitera la mise en place d’un programme d’entrainement physique calibré et rigoureux.

Si la préparation et l’anticipation sont les clés assez évidentes de tout Ultra-Traileur, ces actions sont loin de suffire. Au-delà de la notion de préparation ou d’entrainement c’est l’expérience que vous aurez accumulé qui constituera progressivement votre principal atout.

Le choix de l’Ultra-Trail, en tant que discipline n’est que l’aboutissement de votre expérience de sportif. Les Ultra-Traileurs sont généralement d’anciens adeptes du marathon, du semi-marathon ou du Trail. Toute cette expérience accumulée fait partie de la préparation de l’Ultra-Trailer. Ces coureurs choisissent l’Ultra, dans une logique de dépassement de soi.

Plus que physique, la préparation s’effectue au niveau mental. Passer à l’Ultra s’inscrit dans une démarche psychologique. Cette transition est l’aboutissement d’années d’expériences et de courses. On ne passe pas du semi-marathon à l’Ultra. Il faut se sentir prêt à franchir le cap, et ne pas le prendre comme un pari, un défi, sur un simple coup de tête.

L’Ultra-Trail est la suite logique des Trails, des marathons et semi-marathons. Les coureurs qui se prêtent au jeu sont généralement expérimentés et ont des années de courses derrières eux. Ils ont ainsi acquis un capital physiologique important mais aussi et surtout une expérience irremplaçable. L’expérience, ici, c’est tout à la fois la connaissance de soi, de ses capacités réelles, des techniques de course, de la gestion des aléas climatiques, de la gestion des temps forts et des temps faibles…

Un Ultra n’est pas qu’une simple course à pied. Ne pensez donc pas courir un Ultra après seulement quelques mois de préparation au risque de vous blesser ou de vous écœurer.

Il serait déraisonnable de passer à l’Ultra sans, par exemple, avoir bouclé au moins plusieurs Trails. Heureusement un grand nombre d’organisateurs ont mis en place un système de courses qualificatives. L’UTMB, La Hardrock 100, la Ronda dels cims, la diagonale des fous… disposent tous de leur système de points qualificatifs qui consiste en l’accumulation de points sur plusieurs courses en un temps limite.

Cela permet, notamment, de s’assurer que les coureurs sont en capacité de courir l’épreuve.

Ultra-Trail, be a finisher !
©Instagram@utatatlastrail

Choisir la bonne course pour faire naître le plaisir

Ainsi, un jour, très logiquement, au fil de ce parcours presque initiatique, franchissant les étapes et niveaux de difficultés, l’envie irrépressible de vous aligner sur un Ultra-Trail prendra corps. Ce jour là, ne choisissez pas l’Ultra le plus proche de chez vous ou la course la plus difficile qui soit. Ne faites pas n’importe quoi.

Le choix de l’Ultra est une décision qui doit être réfléchie. La distance, le dénivelé et la technicité sont les principaux éléments à prendre en considération pour choisir un Ultra, mais pas seulement. Oui, vous analyserez tous les paramètres vous permettant de savoir si vous êtes capable de cet exploit. Vous chercherez certes une épreuve accessible, mais aussi suffisamment exigeante pour vous permettre de repousser encore vos limites.

Mais, vous ne vous arrêterez surtout pas là. L’Ultra-Trail que vous choisirez devra vous faire envie, vous faire rêver. Paysages traversés, reliefs, type de terrains, histoire de l’épreuve et de ses champions, localisation… Tout devra, à chaque jour de votre entrainement, être en mesure d’éveiller en vous l’âme d’un super héros à la conquête d’un nouvel horizon.

Dans cette logique, l’ambiance qui se dégage de l’organisation d’un Ultra est un véritable plus. L’organisation des courses, visant à créer de la convivialité, la joie communicative des bénévoles, la qualité des repas et autres moments d’échanges et parfois de fête, feront partis de vos critères de choix.

Les départs de course sous les lumières des fusées, dans la nuit, les applaudissements et les cris des supporters ne sont que l’un des instants forts de l’Ultra. D’autres aspects, caractère familial, convivialité et disponibilité des organisateurs de l’Ultra doivent également vous influencer dans le choix de votre course car qu’ils seront autant de facteurs qui joueront le moment venu sur votre moral et donc votre forme physique.

Alors, renseignez-vous.

Savoir s’entourer et partager avec ses proches

 

Ultra-Trail, be a finisher !
©Instagram@tordesgeants

Savoir s’entourer, partager avec ses proches et créer une véritable ambiance festive autour de l’événement à venir fait parti des atouts psychologiques ou des ressorts mentaux relativement incontournables permettant de finir ce type de Trail.

Sachez, sans les soûler, partager votre objectif et votre préparation avec vos proches. La préparation sera longue et les coups de moins nombreux. Comme pour franchir bien des étapes de votre vie, l’entourage avec qui vous aurez partagé votre objectif sera vous encourager au bon moment.

De la même façon, ne pas inclure votre entourage dans cette « quête » vous exposera à une forme d’incompréhension nocive pour vous. Rien de plus mauvais qu’une compagne ou un compagnon qui se demande pourquoi vous aller courir 4 fois par semaine en son absence ?

Faite le maximum pour que votre entourage vous accompagne sur la course ou, au moins, qu’il vous suive (même à distance). Ces épreuves s’étalent souvent sur plusieurs jours. Se retrouver seul face à soi-même et dans l’effort n’est pas toujours la bonne solution pour être « finisher ».

L’assistance technique, le soutien moral et la présence, tout simplement de votre famille, vous seront d’une grande utilité durant l’Ultra. Il est clairement déconseillé de partir sur un Ultra à l’autre bout du monde seul.

En plus de la motivation, vous serez vidés de vos forces et aurez besoin d’un minimum d’assistance après la course. Ne serait-ce que pour veillez sur vous. Vous serez sûrement en territoire inconnu. Après la course, vous n’aurez plus la même clarté d’esprit que d’habitude, à cause de l’effort réalisé et de la fatigue.

Et puis, quelle joie, quel souvenir gravé dans votre mémoire que de partager cette aventure en famille !

Adapter sa préparation, savoir apprendre de soi

Votre Ultra choisi, vous devrez définir votre plan d’entraînement en fonction de vos objectifs. Bien évidemment, suivant l’objectif fixé, ce plan d’entrainement sera différent. Dans tous les cas, ce plan qui inclura plusieurs courses testes, sera long et vous obligera à maintenir un effort régulier.

La rigueur dont vous devrez faire preuve en la matière ne devra pas vous faire oublier d’écouter votre corps. Si vous êtes fatigué, reposez-vous, et ne pratiquez pas de surentraînement. Si le but du planning est d’instaurer une certaine rigueur, et de vous faire progresser physiquement de manière efficace, Il a aussi d’autres objectifs.

Les séances d’entrainement doivent tout autant vous permettre d’améliorer votre performance physique que de tester progressivement les conditions et aléas de la course. Nous ne parlons pas ici des différents tests matériels ou d’alimentation que vous ferez, mais bien de la capacité que vous aurez développé à vous connaitre physiquement et mentalement pour gérer le moment venu les soucis, l’euphorie ou la baisse de régime.

Ultra-Trail, be a finisher !
©Instagram@phrphotographer

Planification, concentration et lucidité

Certaines personnes pensent que finir un Ultra consiste simplement à courir et savoir endurer sans jamais rien lâcher. Dans leur imaginaire l’Ultra-Trailer est un monstre de sportivité capable de subir une charge d’effort surhumaine. Au rugby on appellerait ça un « Bourrin ». Cette vision des choses est peut-être vraie mais nous ne la partageons pas.

Réussir un Ultra c’est tout d’abord l’étudier, le scanner, le visualiser bref l’intérioriser. Pour cela chacun à sa technique. Les plus pointus construiront une feuille sous Excel pour reporter chaque portion du parcours. Ils y porteront les distances, le dénivelé, la pente, l’allure instantanée qu’ils pensent pouvoir maintenir, les ravitaillements, les temps de repos, l’allure moyenne sur des tronçons… A l’issue de ce travail, ils seront en mesure en course de réévaluer leur performance et leur allure en fonction de leurs propres barrières ou objectif.

La question ne sera pas de savoir s’ils suivent leur feuille de route mais qu’ils aient un outil leur permettant de se repérer à chaque moment dans la course.

De la même façon, préparer ses zones de ravitaillement en prévoyant (ou pas) une assistance, des chaussures de secours, ses vêtements de rechange… Visionner des vidéos pour aider à mieux reconnaître le parcours dans sa typologie terrain et trouver une force supplémentaire de motivation sont des éléments qui vont vous inscrire progressivement dans la course.

Autant de petites choses qui vont construire votre concentration et forger votre mental. Au-delà de la nécessaire forme physique ce travail vous apportera une forme de sérénité de force intérieur dont vous aurez besoin.

Si nous parlons de cette capacité que vous devrez avoir à construire votre concentration sur plusieurs mois c’est parce que ce travail contribuera à vous permettre, le moment venu, à rester lucide.

Savoir rester lucide dans l’effort et face à la difficulté mais aussi dans les moments d’euphorie que vous aurez, est un élément primordial qu’il faut savoir travailler pour ce type d’épreuve. Cette qualité est plus ou moins présente chez nous. Elle se travail avec l’expérience, dans la préparation physique et mentale de la course.

Savoir prendre la bonne décision en toute humilité

Ultra-Trail, be a finisher !
©Instagram@andorraultra

Seule votre lucidité vous permettra de savoir si vous êtes suffisamment en forme pour courir sur une ligne de crêté à 2600 m d’altitude après avoir déjà couru 60 Km ou s’il serait plus raisonnable de ralentir. En effet, à ce moment, à la différence, par exemple d’un marathon, vous serez seul. Seul dans la course sans personne pour régler votre allure ou vous rassurer, sans personne pour vous encourager ou vous alerter.

De la même façon, vous devrez vous rendre compte que votre allure à dangereusement réduit et qu’il vous faut impérativement relancer.

La lucidité n’est pas une fin en soi. Prendre la bonne décision en course est l’objectif. Souvent toute la question sera dois-je m’arrêter ou aller au-delà et repousser ma limite ?

Sachez le, la question n’est pas de savoir si vous serez, ou non, mal sur un Ultra mais quand ! A un moment ou à un autre, vous atteindrez votre limite. Là, en franchissant ce cap, vous entrerez dans la dimension Ultra-Trail.

On touche là l’une des vraies raisons qui nous pousse à courir un Ultra, ce moment où l’on se rend compte que l’on doit prendre la bonne décision et la très profonde satisfaction que l’on en retire à la fin sur la ligne d’arrivée. Difficile d’expliquer cette forme de transcendance. Ce moment où l’effort n’est plus, où le cerveau a pris le pouvoir et vous permet littéralement de « survoler » l’événement.

Dans ces moments-là, votre concentration sera telle qu’elle vous permettra de passer outre un bon nombre de douleurs. Votre préparation, votre concentration et votre lucidité vous amèneront à prendre la bonne décision. Une décision qui finalement (même pour les meilleurs) se résumera à répondre à ces questions : continuer, ralentir, se reposer, accélérer ou arrêter ?

Mais attention, nous ne sommes pas des surhommes et le croire serait une erreur qui dans ce genre de sport ne serait pas sans risque pour vous et les autres. Alors sachez, oui, sachez faire preuve d’humilité.

Face à la montagne (où les conditions climatiques peuvent changer brutalement) ou dans le désert (qui peut terrasser même les meilleurs chameaux)… soyez humble. Face aux autres Ultra-Trailers sachez aussi rester humble. Vous n’êtes pas le plus fort, ou alors pour quelques kilomètres…

Ne passer pas à coté des instants de partage que vous pourrez avoir les Ultra-Trailers que vous croiserez. Vous ferez 10, 20, 60 Km en leur compagnie. Vous les aiderez, parfois sans le savoir, et ils vous aideront.

En conclusion

Voilà donc pour nous, en quelques mots, les principales qualités et actions que vous pourrez travailler pour réussir votre Ultra.

Savoir construire sa préparation mentale et physique sur une longue période. Réussir à mobiliser son entourage pour se faire accompagner par sa famille ou ses amis avant et pendant l’épreuve. Trouver la bonne méthode permettant d’obtenir une concentration et une lucidité optimum dans l’effort. Rester humble dans l’épreuve et ouvert aux autres (y compris les bénévoles de l’organisation) pour profiter au maximum de votre Ultra et construire les souvenirs sources de plaisir et de motivation pour repartir sur votre prochain Ultra-Trail.

Sur les traces des Samourais

Sur les traces des Samouraïs