in

Courir en altitude, comment se préparer ?

©instagram / skyrunning

L’entraînement en altitude présente plusieurs avantages que vous soyez un Trailer débutant ou confirmé. Il permet en effet de favoriser la production de globules rouges dans l’organisme. Ce qui entraîne automatiquement un apport en oxygène considérable pour les muscles lors de l’effort.

Pourquoi courir en altitude ?

En plus de renforcer vos capacités physiques lors d’une épreuve de Trail, courir en altitude vous permet également de bénéficier de certains avantages psychologiques. L’effort demandé pendant ce type d’entraînement est en effet beaucoup plus accru comparé à une séance d’exercice normale sur terrain plat.

Les résultats satisfaisant cumulés par ceux qui ont l’habitude de s’adonner à la course en altitude suffisent à prouver toute son efficacité. Il est toutefois nécessaire de préparer un minimum d’équipement afin de s’acclimater au mieux à ce nouvel environnement parfois hostile (notamment suivant les saisons).

Au-delà de la performance, la connaissance de son corps par accumulation d’expériences est aussi une bonne chose. Certains d’entre nous aiment les courses en haute montagne. En Europe, ces courses atteignent rarement plus de 3000 m. Cependant, à l’étranger, il arrive que certaines courses taquinent les 4000 m. Dans tous les cas, savoir comment son corps réagit à l’altitude et renforcer sa capacité athlétique pour de tels Ultra-Trail est une très bonne chose.

Courir en altitude, comment se préparer ?
©instagram /@ skyrunning

L’avis des spécialistes sur le sujet

Une étude a récemment montré que vivre en altitude pendant 10 à 15 jours offre à l’organisme la possibilité de s’habituer et ainsi produire le nombre de globules rouges nécessaires pour une bonne préparation physique.

L’idéal serait selon les spécialistes de passer la nuit entre 1500 et 3000 mètres d’altitude pour ensuite s’entraîner à une altitude maximale de 1000 mètres pendant la journée. Pensez toutefois à alterner l’effort avec de courtes séances de récupération et ce, en privilégiant l’hydratation.

Equipement indispensable

Afin de suivre votre progression de manière précise pendant ces deux semaines que vous passerez à la montagne, n’oubliez pas de vous munir au minimum d’un cardio-fréquencemètre. Pour ne rien vous cacher, comme tout Ultra-Trailer qui se respecte, pensez surtout à prendre votre montre multifonctions (cardio, GPS, VO2, altitude…).

Elle enregistrera et analysera toutes vos performances et leur progression. Mais surtout, cet outil indispensable vous procurera les points de repères dont vous aurez besoin en course.

Ce type de matériel spécialement conçu pour notre sport est disponible dans les magasins de sports spécialisés.

Petites réflexions conclusives

Le fait de s’entraîner intensivement sur une altitude de plus de 2000 mètres pour une épreuve de moins de 1000 mètres n’est toutefois pas nécessaire. Sauf bien évidemment si vous êtes un champion en quête d’objectifs.

Par contre, adapter votre préparation en fonction d’un parcours particulièrement exigent prévoyant le passage de plusieurs pics à plus de 2600 m peut s’avérer très utile. Mais tout le monde n’aura pas la chance de s’aménager une préparation en altitude. De plus, ce type de préparation doit être particulièrement bien calibrée et être calculée pour tomber au bon moment. En effet, les effets d’un entrainement en altitude sont loin d’être éternels…

Pour compenser ce type de problèmes certains vous dirons de privilégier l’usage d’une chambre hypoxie. Ce type de pratiques, elle aussi, pas si évidente à mettre en oeuvre, fera peut-être l’objet d’un autre article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trail running, Comment s'alimenter quand on est végétarien ?

Trail Running : Comment s’alimenter quand on est végétarien ?

Comment gérer ses nuits et son sommeil durant un Ultra-Trail ?

Comment gérer ses nuits et son sommeil durant un Ultra-Trail ?