in

Courir quand on est malade ?

©Instagram@unblogadeux

Plusieurs d’entre nous pensent que courir quand on est malade est bien loin de relever du bon sens. Vous verrez pourtant que dans certains cas, le fait de faire du sport ne ralentit aucunement la guérison.

Le sport n’affecte pas le processus de guérison en cas de maladies bénignes

Tout dépend en premier lieu de la maladie dont vous êtes atteint ainsi que de sa gravité, ou encore, de sa contagiosité. Généralement, les infections bénignes ne vous empêchent pas de vous adonner à votre activité préférée qu’est le Trail. Si par contre vous êtes atteints d’une maladie qui entraîne, par exemple, de la fièvre et un état d’affaiblissement, mieux vaut se raviser. Courir quand on est malade dans ce cas de figure ne fera en effet que vous affaiblir davantage. On vous explique pourquoi ?

©Instagram@nvtzr

Une étude a été menée sur des individus infectés par un virus. Ces derniers ont en effet été divisés de manière à répartir les activités de chacun. Si le premier groupe s’adonnait à une séance de sport, le second est quant à lui resté au repos. Vous serez pourtant étonnés du résultat puisque le processus de guérison chez les personnes du premier groupe étaient le même que ceux du deuxième groupe. De quoi démontrer la thèse que nous vous avons avancée dans le paragraphe précédent.

Courir quand on est fiévreux ? On vous donne la réponse

La fièvre est en général un signe d’aggravation d’une infection dans le corps humain. Cela peut être un rhume comme une plaie infectée. La température corporelle qui commence à excéder les 37 degrés provoque indéniablement un affaiblissement du sujet qui, s’il n’est pas traité correctement peut tomber dans un état plus grave encore. Pour résumer, la fièvre résulte de la lutte des globules blancs contre les microbes. Cette production d’anticorps puisent alors dans vos ressources énergétiques pour lutter contre la maladie.

Courir dans cette situation ne fera par conséquent qu’aggraver votre cas. Souvenez-vous que la course requiert énormément d’énergie or vous êtes dès le départ affaibli par la fièvre. Cela risque d’engendrer un état de fatigue difficilement réversible pour votre organisme. En cas de doute, prenez soin de consulter auprès d’un médecin qui sera à-même de décider si vous pouvez courir ou pas. La santé passe avant tout.

Qu’en est-il des baisses de performances ?

Arrêtez de penser que le fait de récupérer pendant quelques jours aura une incidence majeure sur vos performances. Au contraire, c’est surtout celui de s’entêter qui nuira à ces dernières si votre maladie s’avère être plus grave que ce que vous pensiez. On va d’ailleurs vous prouver que se reposer pendant une durée déterminée ne peut que vous être bénéfique.

Une analyse a en ce sens été menée par l’entraîneur américain Jack Daniels. Il en a déduit qu’un sportif était susceptible de garder ses mêmes performances même après 5 jours d’inactivité. Passé ce délai, c’est bien sûr une toute autre histoire. En tout cas, mieux vaux prévenir que guérir. D’ailleurs les baisses de forme surviennent progressivement en fonction du nombre de jours d’inactivité et non subitement. Ce qui explique que se forcer à courir quand on est malade n’est absolument pas nécessaire.

©Instagram@ lesmercredissouslapluie

Ce qui ne vous tue pas vous rend plus forts !

Toutes ces remarques nous mènent finalement vers une seule et même conclusion. Il vaut mieux se reposer pendant les deux-trois jours qui suivent l’apparition de la maladie pour récupérer. Cette période permet également à vos muscles de se raffermir après toutes les séances d’entraînement auxquelles vous-vous êtes adonnés. Il est clair que cela vous servira après cette convalescence bien méritée puisque vous reviendrez dans votre activité en meilleure forme.

Pour vous remettre sur pieds, n’hésitez pas à employer les moyens du bord comme par exemple les vélos d’appartement. Pratiquez des séances de PPG en intérieur. Augmentez en intensité lorsque votre corps le permet et vous constaterez assez rapidement le résultat. Faites en tout cas preuve de patience en évitant de trop forcer dès les premiers jours.

Mieux vaut prévenir que guérir

Les rhumes sont les maladies les plus fréquentes chez les Trailers surtout en hiver. On n’est en effet jamais à l’abri d’un coup de froid pendant un Ultra qui s’est déroulé en Janvier. Si vous souhaitez garder la forme pour la prochaine course de la saison, il vous est fortement recommandé de vous couvrir. Cela inclut bien sûr les parties sensibles de votre corps comme vos oreilles, vos mains ou encore votre cou.

Veillez également à changer rapidement de tenue dès que vous aurez franchi la ligne d’arrivée car la transpiration cumulée à l’intérieur peut devenir une source de froid. Nous vous recommandons même de vous munir d’une couverture qui vous servira à vous couvrir et ainsi à garder la chaleur corporelle telle qu’elle. Ne négligez pourtant pas vos pieds car si elles prennent froid, cette température glaciale peut rapidement remonter dans votre corps. Or, les rhumes résultent la plupart du temps d’un changement brusque de température.

En conclusion

Pour terminer, une alimentation saine pendant toute la durée de votre convalescence vous sera d’une grande aide pour vous remettre en forme rapidement. Privilégiez pour cela des aliments riches en nutriments et faciles à digérer comme les fruits et légumes. Pensez également à consommer du poisson et des fruits de mer cuits à la vapeur. Vous éviterez ainsi de consommer de la graisse cuite susceptible de nuire davantage à votre santé.

Courir quand on est malade n’est préconisé que pour les maladies considérées comme bénignes. Mieux vaut éviter si vous êtes atteints d’une pathologie plus grave entraînant par exemple une fièvre. L’important étant de ne jamais “sur-fatiguer” votre corps dans ces périodes pour lui permettre de lutter efficacement contre la maladie.

Aponévrosite plantaire ou tendinite de la voûte plantaire ?

Aponévrosite plantaire ou tendinite de la voûte plantaire ?

Salomon XA Alpine Pro

Salomon XA Alpine Pro