in

L’hivernale des Templiers, l’Adonis Trail

Quand le Trail devient balade et plaisir partagé

Team FollowOurTrack

L’Hivernale des Templiers avec l’Adonis Trail fait partie des excellents prétextes à entraînements longs. Pour cela ils doivent réunir quelques conditions. Présenter un bon ratio D+ par rapport à la distance parcourue. Un peu de technicité et de monotrace sauvage. Une organisation et un public digne des plus grands événements du genre. Une occasion pour Annabelle de se retrouver avec ses amis pour partager un événement fort et nous en faire part.

L’hivernale des templiers avec l’Adonis Trail propose l’un des musts en la matière (26 km, 1200 D+).
Annabelle, membre de la Team Follow Our Track, nous fait partager cette mise en condition en y ajoutant sa touche personnelle. Et oui, lisez bien, l’essentiel ici est de savoir transformer un Trail rugueux en une balade extraordinaire partagée entre ami. Tous les ingrédients pour se donner envie de recommencer et d’aller encore plus haut et toujours plus loin.

L'hivernale des templiers, l'Adonis Trail
Team FollowOurTrack

Retrouver ses amis et laisser l’ambiance vous mettre en condition

Je me suis inscrite sur l’Adonis pour vivre des premières fois : Première participation à ce trail, première expérience de course hivernale, premières foulées sur les terres des Causses du Larzac que je ne connaissais pas.

Enthousiasmée à l’idée de partager cette course avec mes amis Béné, Mag et Hugues, nous avons pris la route ce dimanche 1 décembre au petit matin. La Brume lourde et épaisse ne nous laissait pas supposer que nous aurions vue sur les beaux paysages du parcours. Mais motivés, ensemble, nous sommes arrivés à Roquefort 1 heure environ avant le départ.

J’aime arriver en avance, et j’aime profiter de cette ambiance avant course, on cherche des visages connus dans la salle, on observe l’estrade et l’arche d’arrivée, on plaisante dans la file d’attente au retrait des dossards, et je me fais chambrer par un traileur inconnu et taquin parce que je n’ai pas nettoyé mes chaussures après la dernière sortie …

Puis on est prêt, il faut descendre le village jusqu’au lieu du départ. On y va en trottinant (hein ??? on va pas assez s’en mettre dans les cuisses vous croyez ?) et on se tasse tous, heureux d’être là, non loin d’une grande peinture murale sur laquelle un artisan fromager moustachu nous présente ses meules de Roquefort avec le slogan : « la tendresse coulée dans un roc »

Et ça y est, L’hivernale des Templiers et l’Adonis Trail, c’est parti !

L'hivernale des templiers, l'Adonis Trail
Team FollowOurTrack

Partir tranquille…je n’ai pas fait de D+ depuis le trail des Novis cet été. J’ai juste entretenu mes acquis lors des sorties avec mes chers Zinzins des coteaux. Premiers kilomètres sur des chemins au sol bien gras, ça colle au baskets ! on observe quelques figures de style : le trail dans la boue relève parfois du patinage artistique… j’attribue même un 9 sur 10 à un presque double axel du coureur devant moi (note à moi-même : garder une petite distance de sécurité pour éviter le sur-accident !)

Après la première grosse côte en monotrace, (mains sur les cuisses, un pas après l’autre, hop hop)on cherche le fameux rocher, le symbole de la course …C’est celui là ? Vite une photo. Mais non en fait, il est plus loin … et l’on reconnait immédiatement sa forme spécifique. Nous empruntons ensuite de très belles pistes forestières du Louzel et du Caoumels.

Puis ça monte à nouveau sur Pleine Sauve, et bientôt devant nous : un tunnel. Singulier parcours. Difficile de courir sur les grosses pierres qui habillent les rails, les chevilles travaillent, les yeux aussi : on se retrouve dans un noir complet. Béné allume sa frontale et on traverse 3 longs tunnels.

Lorsqu’on en voit le bout, le ravito tant attendu est là, dans l’ancienne gare de Labastide Pradines. Parce que là oui, on a faim ! Nous pénètrons dans ses murs rénovés et nous sommes accueillis par les bénévoles souriants qui nous tendent, entre autre, des toasts au Roquefort et au bleu, de la souple épaisse et régénérante.

On repart toujours à fonds après un bon ravito

Le ventre bien rempli, le visage souriant, nous voilà repartis à grimper jusqu’au point culminant de la course : le Roc de Fabre. Splendide point de vue sur le Larzac. Quelle chance nous avons : la brume s’est dissipée rapidement et nous profitons tout au long de la course de chaque vue plongeante sur le Larzac. Une partie roulante nous permet de courir et de bien nous délier les jambes après ces montées exigeantes et techniques. Au fil du trail, je me sens de mieux en mieux, les jambes répondent bien, la tête a envie, c’est un pur plaisir.

Nous traversons un village, et c’est parti pour la dernière côte : la montée sur le Combalou . Puis l’image marquante du trail pour moi : les magnifiques falaises. Nous les longeons longuement. Les derniers kilomètres nous ramènent à Roquefort : on dévale les escaliers du village avant de grimper les marches de l’arrivée, ensemble moi et Béné.

On l’a fait, et bien ! Je suis heureuse d’avoir participé à ce beau trail et je le recommande de tout cœur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Speedgoat 4, la Hoka One One taillée pour la montagne

Speedgoat 4, la Hoka One One taillée pour la montagne

Comment reprendre le Trail après une blessure ?

Comment reprendre le Trail après une blessure ?