in

Dale Garland, directeur de la « Hardrock 100 »

@moussefilms

Dale Garland, directeur de la « Hardrock 100 », s’affaire chaque année à préparer, avec son équipe, cet Ultra-Trail mythique du Colorado. La Rédaction de Follow Our Track a interviewé ce directeur qui depuis déjà 28 ans est aux commandes cet incontournable du trail américain et ne compte visiblement pas laisser la main. Humble et jovial, Dale devenu un emblème de la « Hardrock 100 » à tout d’abord souhaité nous déclarer : « La Hardrock est une communauté, nous accueillons chaque personne qui souhaite nous rejoindre ! ».

Connu de tous, et considéré par certains comme l’un des pères de la « Hardrock », Dale Garland a accepté de répondre à nos questions en espérant que plus de trailers Français se lancent à l’assaut de la « Hardrock 100 ».

Dale Garland, directeur de la « Hardrock 100 »

Cette interview a été réalisée en juillet 2019. Malheureusement, en 2019 la « HardRock 100 » avait été annulée pour des raisons climatiques. Nous avions alors hésité à publier cette interview compte tenu des circonstances. Aujourd’hui, le COVID-19 pourrait à nouveau menacer le bon déroulement de cette épreuve qui fait rêver chacun d’entre nous. Alors, presque pour conjurer le sort et espérer que cet Ultra-Trail puisse se dérouler, nous avons décider de finalement publier cette interview de Dale.

« Si vous vous aimez les Alpes, vous adorerez les Mont San Juan ! »

Follow our Track : « Qu’est-ce qui a rendu la course célèbre ? » 

Dale Garland : « Je ne suis pas sûr de savoir comment nous sommes devenus aussi célèbre. C’est probablement dû à la beauté des paysages et à notre engagement envers nos coureurs et nos bénévoles. »

Follow our Track : Que diriez-vous à un ultra-trailer français pour le convaincre de participer à la « Hardrock 100 ? »

Dale Garland : « Si vous aimez les Alpes, vous adorerez les Mont San Juan ! »

Follow our Track : « Quels conseils avez-vous à donner à des ultra-trailers qui s’apprêtent à courir la « Hardrock 100 ? »

Dale Garland : « Premièrement, se familiariser avec la course autant que possible. Deuxièmement, être prêt à faire face aux variations climatiques et aux changements de températures. Troisièmement, se préparer à profiter un maximum de l’évènement ! »

Follow our Track : « J’ai lu qu’il y aurait beaucoup de neige cette année, les coureurs doivent-ils emporter un équipement spécifique (comme des crampons pour l’UTMB) ? »

Dale Garland : « Bien évidemment, nous surveillons continuellement la quantité de neige et oui, il y aura probablement encore beaucoup de neige en juillet. Les crampons seront donc très utiles. Un piolet ne sera pas de trop. »

Les conditions climatiques, la clef pour être finisher sur la Hardrock 100

Follow our Track : « Quelles portions de la course restent en mémoire des coureurs ? »

Dale Garland : « Les lieux symboliques sont la ligne d’arrivée avec le Rocher de la Hardrock, la crête surplombant le Island Lake, le poste de ravitaillement de Kroger’s Canteen et les larges espaces à ciel ouvert de Pole Creek. »

Follow our Track : « Quels sont les obstacles les plus éprouvants de la course ? »

Dale Garland : « Je pense que les obstacles les plus éprouvants de la course sont le fait de devoir gérer des conditions climatiques et des terrains très variés. Aussi, le repos, la nourriture et l’hydratation seront des composantes essentielles pour les coureurs qui passeront deux nuits sur le parcours. »

Rien n’est prévisible sur la Hardrock 100

Dale Garland, directeur de la « Hardrock 100 »
@jerry McBride

Follow our Track : « Est-il possible de savoir qui va remporter la course avant que les premiers Finishers n’atteignent la ligne d’arrivée ? Si oui, est-ce que cela arrive toujours à un endroit précis de la course ? »

Dale Garland : « Pas vraiment… Les vainqueurs sont parfois ceux qui survolent le pelotons sur 65 km et parfois ceux qui remontent en tête de course seulement quelques kilomètres avant la ligne d’arrivée. »

Follow our Track : « Quel coureur vous a le plus marqué ? Pourquoi ? »

Dale Garland : « Je ne sais pas, il y en a trop !!! »

Dale Garland : « Oui, nous considérons que chaque coureur doit pouvoir rendre l’appareil à la communauté de l’ultra-trail. Compléter ce service est donc obligatoire pour participer à la course. »

Follow our Track : « Pouvez-vous nous raconter une anecdote au sujet de la Hardrock ? »

Dale Garland : « En 2015, une seule seconde séparait les deux premiers Finishers ! C’était incroyable, une énorme foule de spectateurs a pu être témoin de cet évènement ! »

Quelques informations pratiques

Follow our Track : « Une petite précision, le « service obligatoire » concerne bien les coureurs ? Doivent-ils compléter ce service obligatoire pour pourvoir être sélectionnés ? »

Follow our Track : « Est-ce facile et abordable de trouver un hébergement pour des ultra-trailers Français ? »

Dale Garland : « Trouver un hébergement près de Silverton est difficile. Cependant, il y a toujours de la place autour de Durango, Ouray et Telluride. »

Armés des conseils du directeur de course, Dale Garland, il ne vous reste plus qu’à lire notre article sur la « Hardrock 100 » pour en connaître tous les secrets et vous préparer au mieux pour cette aventure américaine !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quelles qualités pour devenir Ultra-Trailer ?

Quelles qualités pour devenir Ultra-Trailer ?

Eviter le point de côté en Trail

Eviter le point de côté en Trail ?