in

UTMF, Masako SUZUKI nous en dit plus

©Instagram@oldbruce

Masako Suzuki est chargée de la communication pour l’Ultra-Trail du Mont Fuji. Aujourd’hui, elle a accepté de répondre à nos questions en tant que porte-parole de l’organisation de l’UTMF et nous en dire plus sur cet Ultra de l’autre bout du monde.

UTMF, les raisons du succès

Follow our Track : « Qu’est-ce qui a fait le succès de l’UTMF ? »

Masako SUZUKI : « La première édition de l’UTMF s’est tenue en 2012. Avant cela, les courses de plus de 160 km étaient rares au Japon. Par ailleurs, nous avons présenté la course comme étant la petite sœur de l’UTMB, dès lors nous avons pu attirer l’attention du monde entier. De plus, le Mont Fuji est l’emblème de cette course, il est observable sur la totalité du parcours, particulièrement si les conditions météorologiques sont favorables. »

Follow our Track : « Que diriez-vous à un coureur français pour l’inciter à participer à l’UTMF ? »

Masako SUZUKI : « En participant à cette course, les coureurs français seront témoins du respect envers le Mont Fuji (davantage considéré en tant que personne qu’en tant que montagne) et de sa beauté.  Les coureurs seront au plus près de la culture japonaise lorsqu’ils passeront à côté d’autels et recevront de l’aide de la part des bénévoles à chaque poste de ravitaillement. »

UTMF, Masako SUZUKI nous en dit plus
©Instagram@dylanbo

« nous souhaitons que tous les coureurs se sentent accueillis et puissent se relaxer aux différents postes de ravitaillement. »

Un climat toujours rude et capricieux sur l’UTMF

Follow our Track : « Quels sont les obstacles les plus compliqués de la course ? »

Masako SUZUKI : « Les conditions climatiques, encore une fois la météo du Mont Fuji est très capricieuse. Les participants peuvent être amenés à courir sous le soleil mais aussi sous la pluie voire sous la neige. Par ailleurs, les températures seront autour de 25°C en journée mais négatives la nuit. En cas de pluie, le sol sera glissant et en cas de neige il risque d’être gelé. Faites donc extrêmement attention ! »

Follow our Track : « Quels conseils donneriez-vous à un trailers qui s’apprête à courir l’UTMF ? » 

Masako SUZUKI : « Préparez-vous à être mis à rude épreuve ! En effet, la progression sera rude à cause de l’enchaînement rapide de petites ascensions et descentes. Par ailleurs, il est courant que les coureurs étrangers soient surpris par l’humidité, le sol est souvent glissant donc armez-vous de vos crampons ! Cependant, il y a aussi de larges portions de route sur le parcours, de quoi ravir tous les coureurs !

La plupart des Japonais, qu’ils soient coureurs ou bénévoles, souhaitent échanger avec les coureurs étrangers mais ils sont très timides. Ne prêtez pas attention à la barrière de la langue et ils seront ravis de vous encourager. Même si beaucoup parlent uniquement anglais, vous croiserez peut-être quelqu’un qui parle français ! »

Follow our Track : « A quels aspects de la course les coureurs doivent-ils prêter attention ? »

Masako SUZUKI : « Les conditions climatiques ! La météo est extrêmement capricieuse en montagne, nous recommandons donc aux coureurs de bien connaître le briefing météo pour éviter de prendre des risques inutiles. »

UTMF, les Spécificités d’une course au Japon

UTMF, Masako SUZUKI nous en dit plus
©Instagram@fujimakisho

Follow our Track : « Quelles sections de la course marquent les coureurs ? »

Masako SUZUKI : « Les coureurs se souviennent généralement de les ascensions du Mont Shashi, du Mont Ishiwari et du Mont Tenshi car elles sont les plus techniques. En plus, ces trois monts offrent un magnifique panorama du Mont Fuji. »

Follow our Track : « Comment peut-on suivre la progression des coureurs ? »

Masako SUZUKI : « Vous pouvez suivre la progression des coureurs grâce au système de suivi « LIVE TRAIL ». Par ailleurs, la course organise un suivi live animé par une équipe de présentateurs sur Facebook et YouTube. »

Follow our Track : « Quels équipements sont un must pour l’UTMF ? »

Masako SUZUKI : « Des chaussures avec une bonne adhésion au sol pour éviter de glisser et éviter de se blesser sur des sections humides et rocailleuses.

Des vêtements chauds, particulièrement pour les participants qui courent moins vite, car il fait très froid dès que le soleil se couche.

Des fourchettes car nous voulons que tous les coureurs soient à l’aise or seulement un petit nombre de postes de ravitaillement est équipé de couverts (ou uniquement de baguettes en bois). »

Follow our Track : « Est-il facile pour les coureurs de se repérer sur le parcours ? »

Masako SUZUKI : « Nous octroyons les données GPS de la course à tous les coureurs, il leur suffit de les enregistrer sur leur téléphone/montre GPS. Par ailleurs, nous envisageons une collaboration avec des applications pour téléphones telles que « LIVE INFO » et « YAMAP » pour les prochaines éditions de l’UTMF. »

Follow our Track : « Les coureurs français comprendront-ils les instructions s’ils ne parlent ni anglais ni japonais ? »

Masako SUZUKI : « Cela sera compliqué mais nous utiliserons des applications de traduction en cas d’incompréhension. »

Au-delà de la course prendre son temps pour découvrir

Follow our Track : « Est-il facile pour les coureurs français et leurs accompagnateurs de trouver un logement ainsi qu’un moyen de transport ? »

Masako SUZUKI : « En ce qui concerne les transports, la compagnie « Fujikyu Travel Event Access Tour » se charge de transporter les coureurs et leurs accompagnateurs sur les différents points du parcours mais propose aussi des logements. Si vous cherchez un hôtel par vous-même, il est préférable de chercher autour de Kawaguchiko car la plupart des hôteliers parlent plusieurs langues en plus de l’anglais. »

Follow our Track : « La région propose-t-elle des activités pour les accompagnateurs ? »

Masako SUZUKI : « Il y a plusieurs activités à faire autour du Mont Fuji. Les accompagnateurs pourront entre autre se rendre au parc pour enfants « Fujisan Kodomonokuni », visiter le temple shinto « Fujisan Sengentaisha », aller observer les cascades de Shiraito, visiter la ferme de Makaino ou se rendre au parc « Fuji Kachoen ».

D’autres activités comme la visite des cinq grottes créées par les précédentes éruptions du Mont Fuji et la visite du musée d’art du Mont Fuji sont possibles. Vous pourrez aussi prendre un bain dans les thermes du Mont Fuji. »

Comme tous les Ultra l’UTMF possède son lot d’anecdotes

Follow our Track : « Quel coureur vous a le plus marqué ? »

Masako SUZUKI : « Cette année, un coureur russe a participé à la course. Il ne parlait pas du tout japonais mais grâce à nos efforts, nous avons pu lui donner les instructions. A la fin de la course, il est venu nous voir pour nous remercier et nous dire que les Japonais sont des personnes très gentilles. Il était très heureux d’avoir couru l’UTMF. »

Follow our Track : « Pouvez-vous nous raconter une anecdote concernant l’UTMF ? »

Masako SUZUKI : « Chaque année, les conditions climatiques rendent la course difficile et parfois il y a des dégâts matériels. Cette année, la course a dû être écourtée à cause de violentes tombées de neige. Même si aucun accident n’est à déplorer, certaines parties de la course ont été endommagées et nous sommes encore en train de les réparer. Des coureurs sont même venus nous aider à réparer, nous ne les remercierons jamais assez ! »

Armés des conseils de la porte-parole du comité organisateur de la course, il ne vous reste plus qu’à lire notre article sur « l’Ultra-Trail du Mont Fuji » pour en connaître tous les secrets et vous préparer au mieux pour cette aventure au pays du soleil levant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trail : Comment courir de nuit ?

Trails : Comment courir de nuit ?

Ultra-Trail : Plusieurs épreuves annulées aux Etats-Unis à cause du coronavirus

Ultra-Trail : Plusieurs épreuves annulées aux Etats-Unis à cause du coronavirus