in ,

PICaPICA, Maxime Le Berre relève tout de même le défi

©Instagram@maxleberretrail

La PICaPICA Ultra-Trail, épreuve très exigente de l’Ariège (109 Km pour 11500 m de D+), a été, comme bien d’autre, malheureusement annulée pour cette année. Pour Maxime le Berre, membre de la “Team Follow Our Track”, il était impossible de ne pas défier ce parcours. Il a choisi de s’élancer en autonomie le 14 août prochain et boucler sa Picapica.

La PICAPICA : Ultra-Trail pour Trailer aguerri

Maxime Le Berre prépare son départ pour l’Ultra-Trail de la PICaPICA qui démarre à Auzat, en Ariège. Ce membre de la Team Follow Our Track de 33 ans a commencé le Trail il y a quatre ans. Il a déjà effectué plusieurs courses, dont le Trail du Pic des trois Seigneurs, à l’issue duquel il a fini premier, ex aequo avec un autre coureur (respect). L’an passé Maxime s’est aligné sur la PICaPICA, mais a dû abandonner : “Je m’étais blessé au pied pendant l’entraînement, et la douleur s’est réveillée pendant le parcours“, se souvient-il. Mais cette fois-ci, le jeune papa n’avait pas l’intention d’abandonner. Il s’était entraîné pour finir cette course. Mais tout ça c’était avant qu’elle ne soit, comme beaucoup d’autres événements sportifs, annulée à cause du coronavirus. Cela n’a pourtant pas découragé Maxime : “ Je me suis dit ” je suis prêt, autant en profiter“”.

Maxime Le Berre s’entraînant pour la Pica Pica, près de l’étang de Soucelm.
©Instagram@maxleberretrail

Une préparation intensive…

La PICaPICA est une course pour les Trailers de bon niveau. Cette Ultra-Trail de montagne s’étale sur plus de 109 kilomètres, et comporte 11 500 m de dénivelé. Les principales difficultés sont donc liées à la technicité du parcours et à son niveau physique. Mais pour Maxime Le Berre, l’effort demandé est également mental. “La course requiert une concentration extrême, de A à Z. On ne peut pas se laisser distraire“, assure le jeune Trailer “Teamourtrack”. Une seule solution pour se préparer physiquement et mentalement : la pratique. Heureusement, Maxime vit en Ariège, tout près des chemins de la PICaPICA. Il s’entraîne donc tous les jours sur des parcours similaires à celui-ci.

Maxime Leberre, à Auzat, lieu de départ de la course.
©Instagram@maxleberretrail

… Pour une course en autonomie

Le sportif partira le vendredi 14 août entre 14 et 15 h. Quelques ajustements ont été nécessaires pour palier l’annulation de la course. Etant donné que le ravitaillement est habituellement assuré par les organisateurs, le coureur a dû troquer son pantalon et sa sur-veste dans son sac pour un surplus de nourriture. “J’ai du monde qui m’attendra pour me ravitailler sur le parcours“, ajoute Maxime. Le coureur précise qu’il y aura également un coéquipier pour rester avec lui pendant la nuit et faire une partie de la course. Il remplira donc le rôle de “Pacer”, un soutien recommandé en tant normal sur ce parcours. Le trentenaire prévoit de terminer la course en moins de 35 heures.

Bon, avouons-le nous sommes impressionnés. La PICaPICA fait véritablement partie des Ultra-Trails de référence. Réussir à boucler cette couse pour en devenir l’un des finishers peut déjà être considéré comme un bel exploit. Le faire en autonomie et dans les conditions décrites cela force l’admiration.

Follow Our Track, suivra bien évidemment Maxime et vous livrera ses impressions, nous n’en doutons pas, de FINISHER.

Allez Maxime, Follow Our Track et la Team sont avec toi !

Le sportif s’entraîne régulièrement sur des parcours similaires à la course
©Instagram@maxleberretrail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kevin Castille : Ce recordman du monde testé positif au dopage

Kevin Castille : Ce recordman du monde testé positif au dopage

Canicule 2020 : Une importante vague de chaleur attendue en fin de semaine

Canicule 2020 : Une importante vague de chaleur attendue en fin de semaine